• Chop... Encore un carnet? Et ouais dimanche, je vous avais laisse a Poznan
    en vous parlant a peine de la Pologne, il est temps de retablir, tout ca
    avec ce petit compte rendu assez politique...
    Comme l'autre fois, je n'ai pas d'accent sur le clavier et je m'excuse d
    avance pour les fautes de frappe, d'orthographe et les jugements rapides
    et parfois caricaturaux....
    Donc depuis dimahce, je suis passé 2 jours a Lodz, grande ville
    inductrielle avec une de mes cousines et son copain, et la je suis depuis
    mardi soir a Varsovie, la capitale, chez une autre de mes cousines... (et
    oui Big Family)

    VACANCES FAMILLE PATRIE...

    Retour dans la famille donc, une grande famille, ma mere et ses freres et
    soeurs etaient 7, ce qui a donne 16 cousins cousines, qui aujourd'hui se
    marrient et font des enfants, la plupart continuant de transmettre les
    traditions catholiques de cette petite bourgeoisie polonaise. La famille
    est donc quelque chose de tres important pour eux... Moi j'ai toujours dit
    que “la famille, c'est des gens que tes oblige de voir meme si tu les
    aimes pas”... Mais je me suis jamais force... Bref entre leur conception et la
    mienne, le fosse est assez large... Par exemple tres difficile d'expliquer
    pourquoi avec Eva, on ne se marrie pas ! “mais vous vous aimez” Justement
    ! Je me souviens que pour ne pas avoir a repondre a ce genre de question
    quand on etait dans le monde arabe avec Eva, on disait qu'on etait marrie...
    Ici je le joue franco, mais le vocabulaire me manque pour expliquer mon
    point de vue sur la famille, la religion, j'y parviens de temps en temps
    mais dans la famille on veut garder espoir sur ce cousin francais qui
    revient aux sources, a l'image d'une de mes cousines qui me dit “plus tard
    peut etre tu eprouvera le besoin de croire”... Bref la famille a un poid et
    j'ai serieusement flippe parfois sur ce genre de remarque... Neanmoins ca
    m'a aussi fait plaisir de revoir tous ces cousins cousines, revoir
    certains lieux des vacances de quand j'etais gosse, de me faire apprendre
    le polonais... J'ai' vraiemnt ete acceuillit comme un petit roi, avec une
    gentillesse extreme et jai appris plein de truc : par exemple je me suis
    fait balader sur les sites historiques avec des oncles et tantes tres
    cultives meme si j'ai plutot l'habitude de vomir sur leurs idees
    politiques... Et oui, va falloir progresser serieux en Polonais pour
    expliquer que pour moi il ya dautres valeures importantes avant la
    religion, la famille et la patrie...
    Ma tante, chez qui j'ai donc squatte dans l'immeuble familiale qui a
    abrite cette grande famille depuis plusieurs dixaines d'annees, ma donc
    concote un petit programme de visite et rencontre avec oncle tantes et
    cousins mais aussi une journee « historique de la Pologne » afin que je
    decouvre la GRANDE histoire du Pays. On est donc partie sur plusieurs
    leiux comme Lednica, petite ile ou a vecu le 1er prince de Pologne au
    Xeme siecle, puis son fils, le 1er roi courronne par le pape qui a mene
    des attaques jusqu a l'Ukraine ! Ma tante me glisse que c'est sa periode
    prefere de lhistoire, parce que le pays etait alors tres grand, et que la
    capitale etait Poznan, la ville de ma famille (avant qu'elle ne passe a
    Wrocaw, Krakow puis aujourdhui Warsaw)... C'est un peu comme un francais
    qui se rappelle de l'empire colonial avec fierte... On a visite aussi
    Biskupin, site archeologique tres interressant, ou on a reconstitue un
    village prehistorique d'il ya 3000 ans... Et puis on a visite des eglises
    et des cathedrales et des eglises, dans lesquelles il ya toujours
    plusieurs personnes qui prient, dans lesquelles certains s'agenouent mais
    aussi se prosternent comme on le voit traditionnellent dans les mosquees,
    devant lesquelles il ya la statue de Jean Paul 2... La meme dans toutes
    les villes, elle a du etre fabrique en serie celle la... Vous l'avez
    compris ici il n'y a pas de debat comme a Paris sur le fait de savoir si
    on fait une place « jean paul 2 » mais plutot un debat sur combien on en
    fait ? Ici Jean Paul 2 est un mythe, sa tete est partout, sur des
    affiches, dans les vitrines de toute les librairies, en statue, en
    photo... Faut dire qu'on est dans un pays tres pieu, a tel piont que si
    les polonais etaient musulmans, Bush les aurait certainement place sur
    l'axe du mal...
    Bref pour cette journee historique, j'ai ete guide par mon Oncle Leonard,
    l'historien de la famille, ancien membre de Solidarnoc (« solidarite »
    syndicat resistant au totalitarisme sovietique), il a eu une vie tres
    mouvemente, entre enprisonnement politique sous le communisme et vie
    republicaine apres la chutte du mur puisqu'il a ete depute et un des
    collegues de Lech Walesa, ancien president (de solidarnoc et de la
    republique). Histoire de mieux comprendre tout ca je me permet un petit
    rappel historique...

    POLITIQUE EN POLOGNE...
    Comme vous le savez, la Pologne faisait partie du bloc sovietique jusqu a
    sa chutte en 1990. Quand j'etais gosse, ma mere m'avait explique qu'en
    Pologne, on ne pouvait aps etre de gauche, parce que la gauche, c'etait
    les communistes et donc la dictature... Mon pere avait du batailler avec
    ses beaux parents pour faire accepter ces idees de gauchistes... Il faut
    dire aussi que ma famille, faisant partie d'une certaine bourgeoisie,
    avait ete « depossede » de leur propriete, fortement catholique donc
    forcement pas vraiment a gauche... Mon oncle m'a explique donc quelques
    actes de resistance a l'oppression sovietique notemment avec l'aide de
    l'eglise... Solidarnoc, syndicat ouvirer mais aussi tres catho a joue un
    role majeure dans la chutte du sovietisme... Finalemnent c'est un peu
    comme le Hezbollah, nan ? (hehe) Bref apres avoir ete au pouvoir quelques
    annees dans les annes 90, solidarnoc a ete ecarte du pouvoir, les
    polonais ont revote pour les anciens comnmunistes, reconvertis en gauche
    democratique et depuis un an la droite liberale est revenu aux affaires
    avec le soutien du fameux syndicat... Bref grace a la democratie, depuis
    15 ans, on alterne entre liberalisme democratique et democratie
    liberale...
    Comme je le decrivais dans mes carnets d'roots de l'annee derniere... en
    quelques annes on est passe de tout a rien, ou l'inverse, pour les detais
    lire ca http://rocknroul.blogg.org/date-2005-07-19-billet-186529.html.
    Bref apres la transition, apres que la bourgeoisie ait pu enfin avoir son
    american way of life, grosse voiture, cuisine integre, internet a la
    maison, et concert de JayZ pour les jeunes, apres que les murs des villes
    aient ete repeints par JC decaux pour vendre tous ces nouveaux produits
    de consommation (aujourd hui la pub est encore en plein boom mais aussi
    par le tractage permanent sur les grande arteres on nous donne en gros 10
    pubs tous les 100 metres en main propres, sans compter les pubs caches
    par exemple dans les journaux gratuits comme metro qui sevit ici aussi),
    apres que l'Europe et particulierement la France ait finance la
    construction d'enorme supermarche, les plus grands d'Europe (a Lodz par
    exemple, une enorme ancienne fabrique de textile a ete retape en
    gigantesque supermarche, la part dieu parait etre une superette a cote,
    le symbole est interressant : ancienne usine, lieu sacre des travailleurs
    sous l'ancien regime, aujourdhui, gigantesque temple de la
    consommation...) Bref apres tout ca, les polonais ne sy retrouvent pas...
    Les classes populaires n'ont pas eu de veritable changement dans leur
    confort, beaucoup sont au chomage (20% de la population active) alors
    qu'elles avaient du travail avant, ce qui explique qu'ils aient
    massivement revote pour les communistes dans les annees 90, ceux ci n
    etant la que pour le pouvoir, ils ont continue d'accelerer la
    liberalisation afin d'etre « aux normes » pour renter dans l'Europe du
    coup aujourdh'ui les polonais se tournent vers l'extreme droite...
    Et oui certains jeunes ici ne cachent par leur antijudaisme, pas pour
    denoncer quelconque abus d'un certain etat hebraique mais par
    interressement pour Hitler ! Ca lit « mein kampf » en Pologne chez
    certains jeunes « parce que le personnage est interressant... »
    AieAieAie... Ca ecoute radio Marya, radio ultra cathofacho que meme le
    vatican denonce comme non tolerante envers les juifs. Et du coup depuis
    un an, sont arrive au pouvoir (mais avec un taux d'absention de plus de
    50%) les freres jumeaux Kacynski : un est president, l'autre est premier
    ministre. Ils ont forme une coalition avec La Ligue des Familles, parti
    d'extreme droite. Ils sont donc ultra catho, antisemite, ils sont pro
    americians (ils ont encore des troupes en Irak, ils ont abrite des
    prisons secretes de la CIA, ils sont pret a prtir en Iran – lire le monde
    diplo du mois de septembre p5-6), ils veulent retablir la peine de mort,
    et mettent en action la politique economique liberale avec laquelle
    s'accompagne evidemment toute la repression pour faire rentrer les gens
    dans ce systeme... C'est pourtant le pays le plus subventionne par
    l'union Europenne, Union qui garentit logiquement dans ces fondement une
    barriere a l'extreme droite, en tous cas c'est comme ca qu'on nous l'a
    vendu cette europe !

    Entre ma famille catho, la societe de conso et le gouvernement facho, je
    vous tire un portrait bien brun de ce pays mais evidemmnt la Polotgne, ce
    n'est pas que ca !

    ANARCHIE EN KACYNSQUIE.... (2006 ya toujours rien dans le frigidaire...)

    Je vous le disait, les kacynski ont mis ne place la politique d'economie
    liberale qui s'accompagne d'une forte repression des resistants mais
    aussi plus generalement de tous ceux qui ne profitent pas de ce systeme a
    savoir les pauvres... Sous couverts de lutte contre le terrorisme et
    d'insecurite, on reduit les libertes individuelles notemment avec la
    videosurveillance, la biometrie, pour que chaque humain soit une petite
    machine a travailler et a consommer sans penser...
    Et le resultat est la, aujourdhui en Pologne il ya plus de personnes en
    prison qu'en 1989 a la sortie d'un regime « totalitaire » qui enfermait
    ses opposants... Il faut remonter aux annees 70 pour avoir un tel taux
    d'enfermement dans le pays... Ici les manifestations finissent souvent
    par des violences policieres, c'est devenue normal, on en voit meme les
    photos sur des expositions en plein aire au milieu du Stary Rynek (vieux
    marche) de Poznan. Au mois d'aout, un militant pacifiste de « Foods not
    bombs », a ete condamne a Poznan a 6 mois de prison apres avoir ete
    arrete lors dune maifestation parce que sa carte d'identite etait
    dechiree (cf http://www.indymedia.org/fr/2006/08/845061.shtml). Je me
    rends a « Rozbrat », local de l'association Foods nots bombs a Poznan
    pour interviewe un des membres du mouvement qui va m'expliquer plien de
    chose sur la situation en Pologne, une interview que vous entendrez
    surement prochainement sur Radio Canut...
    Bref Rozbrat, est un immense squatt, unique en son genre en Pologne
    puisqu'il va bientot feter ses 22 ans ! Il abrite donc des associations
    militantes (Foods nots bombs, la federation anarchiste...) mais aussi une
    bibliotheque, atelier de reparation velo, des artistes de divers
    horyzons, des gens qui savent pas ou dormir, il ya une salle de cinema,
    une salle d'expostion et 2 halls de concerts, des affiches militantes des
    graphes de partout, un feu dehors pour se rechauffer, des pets qui
    tournent... Et ca m'a fait du bien de me retrouver la bas samedi soir
    dernier pour faire donc cette interview mais aussi pour un concert punk
    regroupant 3 bands, un polonais, un berlinois et un littuanien, bonne
    soirre donc avec des rencontres allemandes et littuaniennes... C'etait
    bien cool, entre les anars et les tites punkettes bien attachees a
    l'image qu'elles refletent, ca rappelait bien l'ambiance de la scierie a
    Lyon...
    Donc evidemmnt il ya aussi des gens qui ne rentrent pas dans le moule,
    qui ne vont pas a l'eglise, il ya des punks, donc non la Pologne n'est
    pas un pays de facho, emn tous cas pas beaucoup plus que la France...

    LA SUITE AU PROCHAIN EPISODE...

    Faut quand meme que je vous parle un peu des villes que jai vistite, ca
    sera pour le prochain carnet, la semaine prochaine certrainement, je
    termine mon sejour Varsovien demain avec un tain qui va me conduire vers
    le SUD est apres je reprends stop et un peu de rando dans la montagne vers
    la frontiere ukrainienne avant de reprendre la route plus serieusement
    vers l'ouest certainement via Pragues...
    A bientot donc, j'attends toujours de vos nouvelles, ca fait du bien parce
    que je me la pete dans ces carnets mais y a aussi pleins de momnent ou
    jeme sens un peu seul perdu dans ce pays... BIZ A VOUS A TRES BIENTOT


    1 commentaire
  • Salut les gens, pour ceux qui ne le savent pas je suis sur la route en
    ce mois de septembre, particulierement en Pologne et comme d'habitude
    lors de mes virees loin du pays et des amis, le besoin de communiquer
    est fort, donc voici le recit de mes folles aventures, c'est un peu «
    j vous raconte ma life en vacances », j'espere que c'est moins chiant
    qu'une soiree diapo et excusez d'avance la superficialite de mes
    analyses, l'orthographe et les fautes de frappes, je vous laisse aussi
    le soin de mettre les accents que je n'ai pas trouve sur le clavier
    qwerty...

    ON THE ROAD AGAIN BY AUTOSTOP...

    Ma mere m'a depose a l'entrée de l'autoroute Bourg centre jeudi 31 Aout au
    matin. Ah le stop ! Quel plaisir, certaines personnes ont du mal a
    comprendre cette passion ! Mais c'est magique le stop, tu te laisses
    guider, c'est gratuit et avec un peu de chance le chauffeur va t'en
    apprendre plus sur la region que n'importe quel guide touristique ! En
    plus c'est ecologique, tu ne pollues pas plus que si tu ne partais pas, tu
    reduis meme l'empreinte ecologique de ton chauffeur... Mais ca inquiete
    le stop, ma mere masque son inquietude dans un sourire et repars me
    laissant seul avec mon sac et mon pouce. Pourtant ce n'est pas dangereux,
    en 3 ans et quelques 50 000 km de stop pas de probleme ! et les
    conducteurs qui ne prennent pas eux aussi ont peur ! Pourtant comme le
    disent les blaireux dans une chanson « si les autostoppeurs volaient les
    sacs a mains, ils prendraient comme tout le monde les transports en commun
    »...
    Bref J'ai meme pas eu le temps de faire la pancarte « BERLIN » pour
    indiquer ma destination qu'un commercial en assurance m'emmene jusqu'a
    Dole en m'expliquant qu'il aimait toutes les musiques sauf le hip Hop
    parce que « ils crachent sur le systeme et pourtant ils sont dedans ».
    Pourtant il avoue aimer Renaud... Un camion polonais me laisse a Mulhouse,
    le temps que je me rende compte que j ai beaucoup d effort a faire pour me
    faire comprendre dans cette langue... Aire de la porte dAlasace, une
    voiture va vers strazbourg, je monte... erreur fallait passer la frontiere
    avant obliger de me farcir le centre ville de Straz... Je passe la
    frontiere a pied vers 17h, une chose est sure je ne serais pas a berlin ce
    soir... Apres diverses entrees/sorties d'autoroute et aller/retour entre
    Offenbourg et Karsruhe je decide de touver un coin pour planter ma tente
    entre 2 villages pas loin de l autoroute. Un peu l arrache dans un champ a
    cote d un canal j eveille la curiosite des villageois qui decident
    subitement de tous venir promener leur chien a proximite de mon bivouac...
    Le lendemain, je me leve tot, je retourne sur l'aire (en allemagne, les
    autoroutes osnt gratuites, donc il ya souvent des petites routes qui
    menent directement jusqu'aux aires ce qui permet d'entre facilement sur
    ces autoroutes) et c'est partie jusqu' berlin... le stop est vraiment
    facile sur les autoroutes germaniques ou les gems vont vite mais il y a
    aussi pas mal d embouteillage. Je decouvre des voitures aux gadgets
    nombreux (les esuies glaces auotomatiques qui se mettent en marche des qu
    un moustique s'explose sur le pare-brise...). J'en profite pour denoncer
    cette folie du GPS qui rend les gens cons. Un Polonais de Cracovie qui
    travaille a Strazbourg (Bolkenstein style...) fait le trajet tous les 15
    jours mais cette fois son GPS est casse et le pauvre est perdue. Trop
    habitue a son gadget, il ne sait ni lire une carte ni les panneaux,
    heureusement le gentil autostoppeur fait le co pilote !
    C est finalement un camioneur berlinois et son pack de biere sous le siege
    qui va parler seul pendnat 15 minutes quand je lui aurai annonce que je ne
    bois pas d alcool (Frankreich...weine... nicht drinken ? was !) Il m
    enmene pratiquement au centre de Berlin. Avec un S bahn et 2 U bahn ( un
    RER et 2 metros) j arrive chez ma copine Jeanne qui m'acceuille ici. 750
    km en 12 heures de stop pas mal nan?

    BIST DU BERLIN GRUN ?
    En arrivant a Berlin, la premiere chose qui marque, c'est l'omnipresence
    des affiches electorales, plus visible que les pubs, elles sont partout,
    les elections municipales ont lieu ce mois-ci. Au dessus des affiches des
    tags geants rappellent que « si les elections changeaient quelque chose,
    elles seraient interdites ». Berlin est une ville de gauche
    traditionnellement, disons sociale democrate. Die Grunen (les verts)
    affichent comme slogan « bist du berlin grun ? ». Un slogan que je
    retrouve dans la chambre de l'appart ou je suis acceuillit, petite
    auberge espagnole, ou vivent des filles allemandes, espagnoles et
    francaise... J'occupe la chambre d'une fille qui est visiblement atteint
    d'un Bioaltermondialisme aigu puisque sur les murs se croisent affiches
    contre le nucleaire, contre les OGM, pour les forums sociaux (dont elle
    participe a l'organisation des departs berlinois), une affiche d'amelie
    poulain et donc des verts allemands... La chambre est tout en bio avec
    grande plante, eclairage economique, on economise aussi l'eau et on
    bouffe 100% bio. Il est vrai que l'allemagne a toujours eu une longueure
    d'avance, question ecologie (l'abandon du nucleaire est programme, le tri
    des dechets et le composte est realise partout, les velos ont un bon
    espace vital dans les rues...) mais on est aussi dans le Bio Bizness et
    dans l'ecologie liberale. Par exemple l'electricite en Allemagne est
    privatise donc on peut effectivement choisir de payer pour une
    electricite propre issue des eoliennes mais du coup ce droit a
    l'electricite propre est offert uniquement a ceux qui en ont les moyens.
    Et puis meme si les produits sont bios, le fromage sous plastique decoupe
    en tranches egales et carrees est sans doute fabrique industriellement,
    tout comme ces bouteilles de limonades BIONADES qu'on vend dans tous les
    bars alternatifs et les bananes africianes bio et le cafe bresilien bio
    n'est pas venu jusqu a berlin en deltaplane, donc sa consommation a
    evidemment polue. Ecolo certes mais loin des idees de decroissance... Une
    cologie capitalite ets forcement une ecologie qui pollue... Ecololiberaux
    (liberez nous !)ces allemands donc a l'image des copains expatries
    retrouves ici, issues d'ecole de commerce, ils bossent comme des fous,
    font de l'import/export de divers produits, ils managent leur vie depuis
    leur bureau installe dans leur appart, ce qui les fait un peu peter les
    plombs, ils l'avouent, ils font des miliers de km tous les mois pour
    aller demarcher dans toute l'europe du nord, ce qui leur pose un cas de
    conscience vis a vis de leur idees ecolo, alors ils revent de mega TGV
    qui relierait tout l'europe en quelques heures car le TGV ne pollue pas
    (on voit bien que ce n'est pas vrai avec les degats que vont causer la
    construction du TGV Lyon Turin). Ils sont bien contents des salaires
    qu'ils touchent, le tout aux frais de l'etat francais puisqu'ils sont en
    VIE (volontariat international a l'etranger) : Et oui l etat francais
    paye ses ressortissants, les assure, pour qu'ils travaillent pour des
    entreprises berlinoises, qui ont donc une main d'oeuvre qusi gratuite et
    a duree determinee... Mais bien sur s'ils sont assez performants ils
    seront embaucher vraiment... Bref des BOBIOS, social democrates, qui
    voteront sans doute Nicolas Hulot ou Corrine Lepage parce que l'ecologie
    n'est ni de droite ni de gauche...
    Je suis mechant, je juge, mais je les aime bien ces collegues expats qui
    m'ont fait passe un tres bon week end a Berlin, j'avais deja besoin au
    bout de 3 jours de retrouver quelques visages et expressions familier-es
    au milieu des coups de blues du voyageur solitaire qui a laisse sa bien
    aimee seule en France (oh snif...) Merci a eux donc et a Jeanne en
    particulier qui m'a fait visiter la ville !

    BERLIN L'ENCHANTEUR
    Et de ce que j'en ai vu, Berlin est une sorte d'immense friche, avec des
    centaines de lieux alternatifs ! On a donc loue un velo avec jeanne dans
    une des nombreuses « fahrrad klinik » (version berlinoise du recycleur ou
    plutot l'inverse) qu'abritent les maisons occupees. Berlin est vraiment
    bien etudie pour les velos, des voies cyclables de partout et meme les
    automobilistes laissent la priorite aux deux roues (ca change de
    Lyon...). Entre Kreuzberg, le quartier ou je squattait, quartier tres
    turc qui rappelle Barbes a travers son metissage et son metro aerien.
    Petit passage touristique autour de la partie du mur conserve et tage et
    sous la geante tour de la tele (plus haute que la tour eifel), sorte de
    cyber champignon avec une boule pour tete redecore en ballon pour cette
    annee foutballistique. Puis petit tour a Frenzlauer berg, quartier dit «
    alternatif » me commente Jeanne mais plus branchee version marais avec
    des squats artistique semblable a Rivoli. Le nombre de squat ou maison
    occupee est vraiment impressionnat a Berlin. Un berlinois croise ici a
    Poznan m'expliquait que certains se legalisent petit a petit, les
    prommotteurs vendant les maisons pour 100 euros sans contre partie... Ca
    doit etre des cas particulier puisque deja a Berlin, les anciens
    rappellent que « c'etait mieux avant » les annes 90, qu' aujourd'hui on
    commence a retaper pour louer et donc a expulser... Dans ces quartiers,
    chaque poteau et chaque mur est recouvert de diverses affiches, stickers
    graphes actualises toutes les semaines, c'est halucinant, a cote les murs
    de la croix rousse semblent tout pales entre nettoyage et affiche qui
    date de plusieurs annees.... On a apsse une soiree dans une de ces
    maisons occupees geantes avec 2 bars, 2 concerts simultanes etc etc... On
    a flane aussi dans les marches aux puces ou on a choppe des gadgets de
    propagande (allumettes, dessous de bok...) a l'effigie du SPD (le PS
    allemand). Dans ces marches aux puces que j'adore ou on trouve plein de
    tresors historiques, ici il y a des objets absents, contrairement aux
    autres marches del'europe de l'est, rien n'evoque ni la periode nazi ni
    la periode sovietique, pas de boite a tabac avec une croix gamme ni de
    portrait de Lenine alors que ce genre d'objet ornent les marches aux
    puces par exemple de Sofia ou de Budapest. Bref ce que j'ai vu de Berlin
    ces 3 jours est une ville ou tou t est en construction, ou le capitalisme
    n'a pas encore recupere toutes les activites culturelles et du petit
    commerce, mais encore une fois ce n'est qu'une vision rapide et pas tres
    profonde...

    DO YOU SPRICHST POPOSLSKU ?
    J'ai quitte Berlin lundi 4 septembre au matin avec un train qui m'a
    emmene jusqu'a Kostryn, a la frontiere polonaise puis le temps d'un the
    j' ai repris en stop jusqu a Gordzow, premier grosse ville polonaise 50
    km apres la frontiere polonaise... Le temps de visiter la ville
    rapidemment, un marche sur les quais et je rentre avant le couvre feu du
    Youth hostels ou je suis dans un dortoir avec un jeune polonais qui est
    venu voire sa future epouse ici mais qui finalement ne bouge pas de la
    chambre et passe sa nuit a envoyer des SMS... Le lendemain, on the road
    direction Poznan, la ou une de mes tantes m'attend, dans l'immeuble de la
    famille, a mi chemin je reste bloque 3 heures avec des vendeurs de
    champignon sans que personne ne s'arrete. C'est finalement avec un car
    que je finirais le trajet do poznana.
    Je suis donc arrive mardi ici dans cette grande et jolie ville ou jai
    passe une bonne partie des etes de mon enfance, je retrouve ma grande
    famille (15 cousin-es) et j'essaie de parler polonais car c'est quand
    meme un des principal but de ce voyage. Mais entre l allemand qui a
    laisse trop peu de trace malgres 7ans d'aprentissage scolaire ,
    l'international english language et mes debuts en polonais, je suis pas
    pret d'etre polyglotte, je uis plutot skizoglott a tout melanger surtout
    quand dans une soiree comme jeudi soir avec 9 de mes cousin-es et
    d'autres, on a passe une soiree a faire la tournee des pubs et fallait
    jongler entre les quatre langues...

    Bon jecris jecris mais vous avez peut etre autre chose a faire que lire
    donc je vous laisse la, je vous raconte, la polgne, l'ambiance eglise
    famille patrie, le mega squatt de Poznan et la suite de tites aventures
    depuis varsovie la semaine prochaine...
    Donnez moi de vos nouvelles, vous me manquer, n'hesiter pas a critiquer ce
    carnet a le coriiger etc, vous pouvez en retorouver d'autres sur le blogg
    http://Rocknroul.blogg.org, le blog de l'emission qui rend les rues
    lyonnaise le lundi soir et qui recommencera le 2 octobre...


    Speciale dedicace a Jeanne, Julia, Sabine, Biancha, Xavier, Manu... a Berlin

    biz a vous et GROS CHOP !!!

    LivoStop



    votre commentaire


  • On The Road 3 s'maines –
    Part 3<o:p />



     <o:p />



                Déjà 2 jours qu'on
    est rentré, il serait ptète temps de conclure ces petits carnets d'un petit
    voyage. <o:p />



     <o:p />



    SARAJEVO LA PEINE



                C'est un
    chauffeur serbe qui nous a emmenés dans Sarajevo depuis le Nord de la Bosnie.
    Affichant clairement sa désapprobation de notre parcours... « A Sarajevo,
    danger que des musulmans, vous vous êtes chrétiens ou musulmans ? »
    « Allez à l'hôtel, ne parlez pas aux gens, refusez les
    invitations ! »



                Il nous a laissés à l'entrée de la
    ville, sur la grande avenue qui rejoint le centre. Sarajevo est une ville assez
    grosse (500000 habitants) mais dans une vallée très abrute, donc tout en long,
    et très mince, en quelques minutes de marche ou peut quitter le centre et être
    dans la montagne ! La grosse avenue, c'est celle qui a fait la une de tous
    les JT il a 10 ans, la « sniper avenue » ou les sarajéviens se
    faisait tirer à l'œil par l'armée serbe. Aujourd'hui certains immeubles sont
    abandonnes, d'autres ont été retapés, la plupart sont criblée de trous de
    balles, les choses vraiment neuves sont les églises et les mosquées... On prend
    le tram et on file au bout de cette grosse artère, et là c'est une autre ville,
    grande rue commerçante où grouille une foule hétérogène au milieu des panneaux
    qui clignotent... Au bout de cette rue piétonne, une 3ème ville, la
    vieille ville, qui rappelle les souks des médinas arabes avec des petites
    maisons en pierres et en bois, des bazars, et des vieux qui boivent le café en
    observant l'animation de ces petites ruelles en jouant à la taoula (baggamon).<o:p />



                Vraiment magnifique ce centre ville,
    et cette partie donne une impression de bonne entente entre les communautés,
    les cloches et les muezzins, rythment ensemble la journée, on passe d'un bar ou
    des vieux chantent sur un accordéon en buvant une sorte d'arak pure dans des
    petits verres à vodka, à un autre contiguë, où ça fait péter la darbouka' ou
    des tubes turcs, ambiance orientale, thé et café turc... mais les fractures
    persistent...<o:p />



     <o:p />



    SIEGE LONGUE



    2 ans de siège entre 1992 et 1995... On était pas du
    tout rencarder sur l'histoire des Balkans en général, la guerre de Yougoslavie,
    le découpage qui en a découlé et Sarajevo en particulier... Pas de guide book
    donc pas de résumé « officiel » non plus. Pour palier cette lacune,
    on a visité quelques musées, discuter avec d'autres touristes plus rancardés et
    un peu aussi avec les gens d'ici. <o:p />



                La Yougoslavie a été découpée entre
    plusieurs états, la Slovénie (à l'Ouest, partie riche très proche de l'Italie),
    la Croatie (au centre, là aussi assez riche fort en tourisme), la Serbie et
    Monténégro (à l'Est)... Entre la Serbie et la Croatie, enclavée dans cette
    dernière, la Bosnie, état partagé en 2 régions, Une partie serbe orthodoxe au
    nord, et une partie Mixte Serbe Orthodoxe, croate catholique et bosniaque musulmane
    en majorité. Dans la partie Nord, on a rencontré des serbes qui disaient qu'on
    était pas en Bosnie, (on venait pourtant de passer la frontière) que c'était
    plus au Sud, on a compris plus tard.<o:p />



    Après la reconnaissance de l'état bosniaque par l'ONU
    en 1992.  Sarajevo a connu 2 ans de
    siège par l'armée serbe, la ville était encerclée depuis les flans de la
    montagne la surplombant. L'ONU a négocié de pouvoir utiliser l'aéroport pour
    faire un pont humanitaire... Mais les Serbes en gardait le contrôle... Si la ville
    a survécu, c'est grâce à la construction d'un tunnel sous l'aéroport permettant
    de faire un lien avec l'extérieure et donc d'approvisionner l'armée et les
    civiles, d'évacuer les blessés, de maintenir le gouvernement bosniaque... Les
    bombardements de l'OTAN ont mi-fin à l'état de siège après la mort de plus de
    12000 civils et de plus de mile jours de couvre feu.<o:p />



    Quelque mois plus tard, le massacre de Srébrénica...
    L'épuration ethnique anti serbe en Croatie, l'affrontement Albano-serbe au
    Kosovo... Bref ici c'est compliqué, le climat n'est pas détendu, les plaies sont
    chaudes, les gens marqués... Le pays est encore sous le maintien d'ordre OUNSIEN
    avec la première armée européenne, l'EUROFOR qui se ballade dans le pays,
    démine, et descend en patrouille dans le centre ville pour boire des coups en
    terrasse... Ici, on les aime pas, l'ONU a regardé srébrénica se faire dépouiller
    et a collaboré avec les Serbes pendant le siège de Sarajevo... Mais oui, restons
    neutre...<o:p />



     <o:p />



    YOUG'NOSTALGIE



                Après Sarajevo, On a tendu le pouce
    en direction comme toujours depuis Cracovie vers le Sud... On s'est arrêté 2
    nuits au bord du lac de Jablanica, grand lac au milieu d'un énorme cirque
    montagneux duquel descendent une multitude de rivières qui remplissent la
    fausse, là aussi les montagnes montent vite très haut, le paysage est
    magnifique... La maison à coté de laquelle on a monté la tente, à Lisicici,
    appartient à des retraités de sarajévo qui font un peu bar et resto avec le
    poisson qu'il pêche la journée... Le lendemain il nous propose de nous remettre
    sur la route qui est de l'autre coté du lac...
    Yes! Bateau Stop!... De l'autre coté, on passe une nuit dans un camping de
    djeuns ou les ados de la ville viennent le soir bien habillé par bande de
    filles et de garçons et se draguent sur de la musique de merde (Putin mais kess
    kon fout là !) C'était très ambiance Montrevel en Bresse ou Bouvent... Et
    puis on arrive à Yabalanica pour le festival « EX YU ROCKS »<o:p />



                Seul festival « de rock »
    de l'année dans toute la Yougoslavie, l'ambiance est ici la même que ceux de
    nos festivals (ça rappelle rock n poche, on est toujours au milieu de grosse
    montagne) avec moins de fume et plus d'alcool... 
    Ce festival est symbolique, on retrouve ici la jeunesse
    « alternative » et les groupes de rock alternatif du (des) pays. Des
    groupes qui viennent de toutes les régions éclatées (Kosovo, Monténégro,
    Serbie, Bosnie, Croatie, Slovénie...) et même certains (les têtes d'affiche) qui
    existent depuis très longtemps et qui ont toujours su garder une identité
    « yougoslave ». Beaucoup de T-shirts au slogan anti frontière, des
    T-shirts de Tito, et un max de Che...<o:p />



                Dino, un bosniaque m'explique que
    lui aussi comme les organisateurs du festival, il est nostalgique de la
    Yougoslavie, Pour lui évidemment pas de religion, pas de nationalisme, et puis la
    Bosnie est en pleine crise économique, avant il y avait pas grand chose mais
    beaucoup plus de travail et plus de partage ! Comme beaucoup d'autres
    jeunes, il rêve de quitter le pays pour l'Europe ou les Etats Unis... <o:p />



                Le festival est un véritable défouloir,
    rarement vu un pogo aussi énergique (il y avait bien celui des kargols à la
    flèche d'or mais là rien à voir), La jeunesse a une putin de hargne de ouf, les
    vigiles qui protègent la scène ne sont pas rassuré, et les groupes aussi
    envoient du gros, « Punk art » jeune groupe de punk bosniaque
    dynamise la scène, pendant les changements de plateau, on écoute les rage,
    Nirvana à fond et les pogos perdurent, même sur la musique plus planante de
    Vuvény (un genre de sous hightone pas très convaincant) la foule est en délire...
    La soirée live se termine sur un vieux groupe croate (Atomsko Skloniste),
    concert de hard rock qui tourne en grand messe, on croirait deep purple !<o:p />



                Mais cette manifestation ou le rock
    reprend son rôle de musique de révolte, où on exprime avec force une
    Youg'nostalgique est pas très représentative de ce qui se passe... Aujourd'hui
    dans les musées d'histoire, où on minimise totalement la période 1945-1990, on
    ressort des vieux évènements qui seraient fondateur des anciens états (cf.
    Monde diplo Juillet « les mémoires antagonistes du Kosovo »)... Dans
    certaines villes bosniaques, à l'école, c'est le matin pour les bosniaques,
    l'après midi pour les croates et le soir pour les serbes, et on leur apprend
    des histoires différentes (cf. http://www.monde-diplomatique.fr/1995/09/IGRIC/1777)
    , on accentue les différences entre les langue de chaque état alors que c'est
    en gros la même on est pas près de rassembler les enfants de ceux qui se sont
    entre tués... <o:p />



                Bref l'histoire de cette région, est
    assez complexe, il se peut que j'aie dit des conneries (une fois de plus...), on
    a pas vraiment comprit ce qui s'était passé pour que se crée une haine rapide
    de son voisin au point de vouloir le tuer, mais de ce qu'on a ressentit, le
    poids des différentes propagandes nationalistes de part et d'autre a eu ses
    mauvais effets, et elles ont été lourdement appuyées par la communauté
    internationale...<o:p />



     <o:p />



    YOUNG YOUTTH PEOPLE, voyageurs du monde...



                Après ce paragraphe un peu scolaire,
    revenons au voyage et aux voyageurs... Ah les backpapers, les sacadistes, tous
    ces djeuns, étudiants pour la plupart, originaire de l'occident (Australie,
    Japon, Amérique du nord, Europe de l'ouest), tous à se retrouver dans les
    adresses des « Young youth hostel », les auberges de jeunesse
    recensées dans les guides du routard et autre lonely planet... A relier les
    villes et former ainsi une petite communauté d'expatriés nomades qui se
    refilent les plans hôtels et se retrouvent à picoler et à parler anglais de
    Bamako à Sarajevo en passant par Bombay, vous l'aurez bien compris, ils nous
    ont énervé ! La plupart se reconnaît dans une manière de voyager
    « alternative » au tourisme de masse et de consommation... Mais tous se
    retrouvent dans les circuits fermés organisés par les reporters du lonely
    planet...<o:p />



                Mais bon, même si on a une petite
    tendance à critiquer tout le temps, à fuir les « internationaux », à
    préférer ne pas trop parler à cause de la langue inconnue avec les locaux qu'à
    bavarder toute la nuit en anglais avec d'autres voyageurs), on s'est quand même
    retrouvé dans des « young youth » à Budapest et Sarajevo, donc on
    doit bien leur ressembler aussi un peu... A Budapest, on a bien bloqué sur les
    canadiennes qui arrivent l'aprèm secouées par un « jet lag » qui font
    une sieste entrecoupé par des envois SMS ! A Sarajevo, on en en eu marre
    des discussions en anglais même si après ça nous fait bien rigoler : « Tu
    vas ou toi ? » « Ah moi je reviens d'inde là, j'ai traversé la
    turquie en 3 jours » « ah ouais la turquie j'y vais après, c koi
    l'hôtel le moins cher » « nous on arrive e Pologne en stop... »....<o:p />



     <o:p />



    ROAD
    TRIP HOT (avec le pouce)<o:p />



                Voilà on est parti 3 semaines et on
    a fait 4500 km (1500 en voitures familiales, 2500 en stop et 500 en bateau et
    bus) c'est énorme en 3 semaines, du coup on a eu qu'une approche superficielle
    de tous les pays qu'on a traversé... On a eu une multitude de rencontres
    furtives, pendant le stop ou au hasard des marches, certes intéressantes, mais
    on revient pratiquement sans adresse, sans véritable lien... Faut dire qu'on a
    fait que passer partout, à peine arrivée, fallait repartir... A part à la fin, où
    je serais bien resté mais on était pressé par le temps, c'était aussi un peu le
    but de ce petit voyage... Faire la route, retrouver l'ambiance qu'on a pu
    connaître avec Eva lors de notre grand voyage, finir ce qu'on avait zappé (les
    balcans)...<o:p />



                Mais même avec l'aspect survol, quel
    bonheur d'être sur la route ! Comme dans un road movie, où défile sous les
    yeux les paysages, toujours des nouvelles vues, toujours des visions inédites,
    un décor qui évolue... Généralement les choses qui restent dans toutes les
    « places » sont les choses les moins belles (les Mac do, les pizza
    hut, la musique R&b Ricaine...) du coup on s'accroche sur les particularités,
    les choses qui changent, qui évoluent, la langue les coutumes, la manière de
    dire bonjour, de boire le thé, de faire le café, c'est des trucs à la con mais
    on aime ça...<o:p />



                Et puis quand on fait le stop, y'a
    aussi des enchaînements assez « spéciales », des scènetes
    surréalistes qui s'enchaînent comme dans notre dernière journée...<o:p />



     <o:p />



    40 HEURES (NON)STOP



                Après le festival Ex Yu Rocks à
    Jablanica (Entre et Sarajevo et Mostar, en Bosnie Herzégovine), on a prit un
    bus qui en 6 heures nous a emmené jusqu'à Split en Croatie, puis là on a
    enchaîné direct sur un bateau qui en 12 heures, de nuit, nous a ramené en
    Italie... Seule nuit à la belle du voyage sur le pont avec un pur ciel étoilé, le
    vent qui souffle, le bruit de l'eau, le tout sur la mer Adriatique dans un gros
    ferry qui va pas très vite... (12 heures pour faire 400 bornes...)<o:p />



                Arrivée dimanche à 9 heures à
    Anconna, au milieu de l'Italie sur la cote Est, on arrive à renter sur les
    autoroute qui arborent fièrement « NO AUTOSTOP » à chaque entrée... En
    quelques heures on arrive à Modena, sur une aire, quand s'arrête JIM, Voiture
    HONDA de sport, qui part très vite à 180 km en nous parlant très vite en
    italien, de longues phrases ponctués pars des « Capish ?»... En gros il
    est d'origine Albanaise et n'aime pas les italiens et leur « autostrada de
    merda » et puis au bout de 20 km il sort de l ‘autoroute et la reprend en
    direction du sud... « NAN nan anan, on va pas là, kess tu fais »
    « eh ! trankille capish ? », puis il passe des coups de fil
    à des potes en se marrant en disant qu'il a des français dans sa voiture... Bref
    grosse flippe : «  c'est quoi ce type »... Il s'appelle
    certainement pas JIM, la voiture doit être volé vue l'effet que lui font la
    multitude de radar passés à 180, le rétro cassé, il a des liasses de billet de
    50 euros dans le cendare, on lui demandé ce qu'il faisait « Mannequina,
    Topless bizness »... OK c'est un mac il nous a fait roulé 180 km pour nous
    remonter sur une autre autoroute parce que d'après ce qu'on a compris, il y a
    plus de français et de toute façon les italiens ne nous prendront pas... Bref On
    a perdu une heure sans avancer mais sans trop reculer non plus, faut juste
    traverser la méga aglo de Milan mais bonne parano quand même « putin on va
    se faire dépouiller », c'est pas cool le coup du demi-tourr !!!<o:p />



                Quelques voitures plus loin, on est
    à l'entrée de Turin avec un marseillais qui loupe la direction France et on se
    retrouve à le guider dans Turin vu qu il avait un peu de mal... Il nous lâche le
    soir à 22h à Briançon, il fait nuit et ça caille, puis une voiture nous prend
    de nuit pour Grenoble, on rentre en douce sur le péage, un chauffeur qui
    prenait son service nous lâche à 15 bornes de Lyon à 2 heure du mat sur une
    aire d'autoroute déserte... Un taxi s'arrête prendre de l'essence, on tchatche le
    client qui arrive de l'aéroport et TAXI STOP !!! Arrivée à 3 heures du mat
    à Lyon !!! Vive le Stop, 1000 bornes non stop ! Chop !<o:p />



     <o:p />



    CHOP<o:p />



    Voilà
    chop à +, J'attends vos carnets à vous...<o:p />



    LivoStop<o:p />



     <o:p />



    PS :
    Pour d'autres voyages radiophoniques, n'oubliez pas RocKnRouL, le lundi à 22h
    sur Radio Canut (102.2 FM à Lyon)<o:p />



    1 commentaire
  • On the road 3 s´maines (part 2)

    Chop a +

    LivoStop

    http://rocknroul.blogg.org

    Chop, salut a vous ! Suite du carnet de ce petit road trip en europe de l'est... J' vous avais laisse dans la ville de cracovie et son centre ville au façade tout droit tire d'un conte de fee. On a donc entame notre “stop trip” a la sortie Krakow Sud ou sur l'air de stop, il y avait la queue, il a fallu attendre 3 heures que les autres passent pour enfin tendre le pouce et etre prit par un monospace de polonais fans de musique tsigane ! Cool.... Il s nous posent a quelques km de la frontiere slovaque...

    S-K, S-K, S-K

    Tous ceux qui ont un jour delire sur de la musiaue ska en cherchant tous les jeux de mots minables possibles avec le mot ska sont ravis en Slovaquie. Les slovaques sont immatricules SK, on est en slovaska et plein de ville et de montagne donnent dans le ska ( vous me direz avant, on etait en polska et y a pas si longtemps en Hrvska (croatie) mais bon les voitures qui ne s'arrettent pas pour nous prendre sont immatricules SK, et a chaque passage on danse un petit SK SK SK...

    Le dernier soir a cracovie, on a rencontre 2 jolies slovaques qui nous ont conseille d'aller se perdre dans les montagnes a Zazriva (sud des tatras polonais) mais le 4x4 polonais qui nous a fait franchir la frontiere nous laisse dans un village ou personnen ne nous prend, on arrive a rejoindre le village suivant, petite bourgade de 1000 habitants maxi mais qui comte 2 eglises! On est lundi soir les cloches sonnent 18 h, une bonne partie de la population vont prier avec des bibles sous le bras...

    Et oui, on etait au courrant que la Pologne etait Ultra catho, j' ai pu verifier ca dans ma famille, ou on signe le pain avant de le couper mais c'est vraiment en slovaquie qu on a vu les eglises pleines meme en dehors du dimanche matin, qu'on a vu des scultures de ouf notemment une a Kremnica representant des anges et autres personnages bibliques, sur cette sculture, pas moins de 100 croix, et certaine en or !

    Lors du dernier carnet, j'vous avait demande si ca vallait le coup de se faire Budapest et beaucoup nous ont dit de fuire la ville si on peut pas rester plus d'une journee... Mais a la sortie de Martin en Slovaquie, Roman, un jeune slovaque nous indique l'endroit ideal pour stopper et nous dit qu'il va a budapest a la fin de la semaine pour un festival de Rue ! Le soir meme on apprend que le lendemain il y a un concert de Besh O Drom, pure groupe tsigane hongrois... ON est mardi soir a Kremnica et on decide d'arriver a l heure au concert le lendemain...

    BUDAemPEST

    Budapest, est une ville coupe en 2 par le Danube (Buda et pest), on y trouve de magnifique batiment construit au gres de l'histoire (empire autrichien, nazisme, communisme). Alors certes c'est chouette, mais des notre arrivee, on a tousse, prit avec le gentil camioneur dans des embouteillages de ouf, et tres vite on a compris que la ville ressemblait beaucoup a Paris, que de la gueule !

    Alors OK c'est jolie mais quel enfer pour les pietons, ici la voiture est reine et meme pas de passage pour les non polueurs, oblige systematiquement de passer par passages souterrains, ce qu'on vite arrete de faire. Outre l'apparence, regne ici, comme a paris une forte activite culturelle, on a pas trouve le festival de rue, mais moultes evenements ont lieu tout le temps l'ete, festival rockabilly sur les quais, et le fameux festival tsigane mais comme a Paris c'est cher donc on a pas vu besh o drom, un peu blasé de voir que le concert avait lieu dans un grand palais avec hotesses et tout (genre auditorium de lyon). On ira quand meme dans ce palais 2 jours plus tard pour un pure concert de 2 groupes, hongrois et bosniaque mais toujours assis sans danser...

    Comme a Paris, il y des lieux “Underground” qui se la (Buda)pete, comme le Kulturum, monte par l'equipe de Radio Tilos (Tilos veut dire interdit), radio mythique de la ville qui passe du punk et du reggae en boucle et qui s'est fait suspendre il y a quelques annees apres qu'un invite est appele a exterminer les chretiens... La radio a survecu et a monte un pure lieu, style mega squatt avec grand bar, salle de concert, cinema mais au final des choses bien commercials (du coca, des consos chers, du pousse a la conso...). La bas, on a essaye de discutter avec un rastaman de la radio mais tres perche et on a vu du hip hop hongrois plutot marrant meme si on a rien compris au lyrics...

    Et puis comme a Paris, il y a a Budapest une immense banlieue beaucoup moins sintillante et plus glauque que le centre, on a passe une journee dans le sud de cette banlieue, on sest retrouve dans un marche au puce assez sombre et empoussiere histoire de denicher quelques vestiges du communisme... Et puis on s'est balade a Csepel Muvek, immense zone industriel, regroupant des anciennes usines du regime sovietique, avec etoiles rouges sur les murs... Aujourd hui la plupart de ces batiments sont a l'abandon sauf quelque uns ou se sont installe des entreprises, une immense friche parait il squatte a des endroits, on a cherche, rien trouve a part un groupe de metal en pleine repet' dans un batiment avec des portes de sous marins... En tous cas l'ambiance etait ici beaucoup plus prenante (les couleurs ocres, la poussieres, les odeurs de souffre...) que dans le quartier touristique du chateau ou on sest fait refoule de leglise st mathias en essayant de frauder l'entrée....

    Enfin bref on a pas tellemnt “kiffe” Budapest, peut etre aussi parce qu on a pas rencontre grand monde. Faut dire que communiauer avec les hongrois est pas si facile...

    HONGROIS dure comme fer !

    Mais c koi cette langue, avec que des mots chelou, des prononciations indicible, et un accent pire que les suisses alemaniques ! Apres le poste frontiere, en attendant qu'une voiture nous prenne, on a appris quelques mots de bases peches sur internet (bonjour, merci, ca va...) mais on a pas vraiment reussit a s'en servir!

    Le Hongrois est une lange de la meme famille que le Finois (finlande) et que le basque... Comment se faisse? Je ne sais pas. Au Nord, A l'Est et au Sud de la Hongrie, les langues sont slaves, a l'Ouest, c'est l'allemand, qu-est qu'il s'est passe ici pour qu'il parle comme a Pamplune ??? il y a surement une explication mais je ne la connais pas alors on continura un peu a progresser sur les langues slaves, le slovaque et aujourd'hui le Yougoslave.

    La aussi c'est complique, en gros on parle la meme langue dans toute l ex Yougoslavie mais il y a quelques variantes de prononciation entre le serbe le croate et le bosniaque et vue que ici les plaies sont encore chaudes entre les peuples, c'est pas super bien vu de se planter. Par exemple pour dire merci, on dit “Chvala” en serbe, “Mvala” en croate et “Hvala” en bosniaque...

    Et puis pour conclure ce petit paragraphe linguistique, faut aussi rappeller qu'on parle anglais comme des francais, et que dans les Young Youth hostel dans lesquels on a squatte a Budapest et ici a Sarajevo, nos camardes anglophonne se foutent bien de notre gueule.

    STOP OU ENCORE

    Stop un jour.... Stop toujours ! Pas mal de court trajet dans ce Stop trip mais pas non plus d'anecdotes croustillantes. ON retiendra quand meme la sortie de Zvolen, sud de la Slovaquie, Un jeune s'arrete, on monte, on se met d' accord en 2-3 mots sur le lieu de la destination commune, puis silence, au bout de 5 minutes il me tend une pipe “Majijuana ?” A peine j ai eu le temps de repondre, qu'opn est arrte sur le bord de la route, il remplit sa pipe, me la tend, et 2 fois de suite “jack Herrer” “Good” Il me remplit un sachet et on ne dit plus rien jusqu a ce qu il nous depose, Etonnant non ? Communication canabique.

    Sinon on peut dire qu'on a risque notre vie moultes fois dans les conduites effrenes sur ces froutes sans visibilite pour doubler a parfois 160 km /h (sur lequivalent dune bonne departementale) a piler commer des oufs a la vue des tracteurs... Ils conduisent comme des oufs Ici !

    Eva me repproche d'etre un stakhanoviste du Stop, je lui reproche de craquer trop facilement, on s'enguele et la, une voiture s'arrete... Scenes repetes qui deviennent meme une technique pour que ca marche... Enfin c'est surtout que on va pas tres vite dans ces pays ou les routes ne sont pas nos belles autoroutes francaise... On fait facilement Lille Marseille en une journee, ici pas question de depasser les 250 bornes par jour en etant au taquet toute la journee...

    Faut dire qu'on a pas mal galere, notemment ici en Bosnie, une fois la frontiere passe, on a attendu 2 heures pour faire 10 km puis encore 2 heures pour faire 20... Le tout en plein cagnard a un tel point que nos bras droits sont plus bronzes que les gauches.

    Mais le stop cest aussi des scenetes bien marrantes comme ce douanier Slovaque qui ne travaille pas, mais qui nous emmene jusqu a la frontiere, salue ses collegues et repart... Et puis comme durant notre premier voyage, “In Stop, we Trucks”... Dans la cabine, vue de haut, a 70 km/h, c'est parfait pour observer les magnifiques paysages, le debut des montagnes des balkans avec ce camioneur serbe qui nous a emmene jusqu'a Sarajevo...

    NO BORDER

    Une semaine, 4 frontieres sans encombre, la traverse a pied des fleuves symbolisant ces fermetures, a peine un regard sur les passeports a chaque douanier sauf a l'entrée bosniaque... Sur la vitres du poste, la photo, des guerriers serbes recherches (ou retrouves) auteurs d'horreurs il y a pas si longtemps (on y reviendra dans le prochain carnet), et puis le douanier, discute un peu avec un air autain typique des polices et autres uniformes...

    • Y a quoi dans vos sacs ?
    • Vetements, bouffe, tente, couverture....
    • Keske vous venez faire ici ?
    • Tourisme !

    Silence, il nous regarde, silence de 10 secondes et puis il nous donne les passeprots comme si cetait pour lui se separer de ses biens les plus precieux !

    Fucking frontiere....

    Bon j'ecris j ‘ecris et le temps passe, faut que j y aille, on est arrive hier a sarajevo, qui est sans doute la plus belle ville croisee depuis le debut de ce voyage mais on ne s attarde pas, eva doit etre le 1er aout a paris et on a de la route... j vous parlerai (parce qu il y en a des choses a dire de la bosnie dans le prochaine carnet)...

    Desoles pour l'orthographe et toujours pas d accent, j'vous laisse les mettre !

    Vous pouvez retrouver ces carnets sur


    votre commentaire


  • Lors de notre premier voyage qvec Eva, je vous avais
    donne des noyvelles reguliere;emt, j'ai pris gout a
    faire ces carnets donc je m y remet meme si cette fois
    ci c'est un tout petit voyage de 3 semaines.... si
    vous ne voulez pas que ces carnets pourrissent vos
    boites email, dites STOP!


    ON THE ROAD 3 S'MAINES !

    Pologne, Slovaquie, Hongrie, Croatie, Bosnie, voila le
    programme qu'on a finalement adopte avec Eva, laissant
    tomber l'Ukraine et la Moldavie pour des raisons de
    temps et pour eviter de se galerer a chercher un
    appart en septembre a lyon, periode critique pour les
    locations immobilieres... on sera donc de retour debut
    Aout...

    On a prit la route lundi dernier dans une voiture
    climatise avec ma maman et son chien... Premiere
    etape dans la banlieue bourgeoise de Stutgart chez une
    amie de ma mere. On a pas eu le temps d'observer
    grand chose sur l'Allemagne hormis le fait qu'ils sont
    tres en avance sur nous au niveau ecologie... Dans
    les villes le nombre de velo rivalise avec celui des
    autos et du coup l'espace de la chausse laisse une
    plus grande place aux 2 roues. Autre remarque: le
    composte! Meme dans les grandes maisons des quartiers
    riches, on trie ses dechets et recycle dans le jardin
    ! Enfin l'autoroute est borde de champs d'eolienne
    pour l'electricite, il me semble d'ailleurs que l
    Allemagne a completement laisser tomber le nucleaire.
    Ca contraste quand on achete ici "le monde" ou on voit
    des pubs d'EDF qui se vente de proteger
    l'environnement tout en develloppant le projet ITER...

    Mais les allemands polluent aussi, eux aussi roulent
    avec des gros 4x4 sur les autoroutes sans limitation !
    (et npous avec une voiture climatisee...) Du coup on
    va vite pour rejoindre la Pologne, ma mere pressee
    d'arriver ne s'arrete que 5 minutes sur les aires d
    autoroute, pas plus ! Sauf une fois ou on a le droit
    a un petit controle de la Zoll sur une aire aux
    environ de leipzig. Premiere fois que ca arrive a ma
    mere habituee du trajet... premiere fois qu'elle
    voyage ici avec des d'jeuns...
    Apres le Rhin, c'est l'odeur qui symbolise la
    frontiere entre l'allemagne et la pologne, quelques
    petits controles malgres l'europe et nous voici au
    pays de Chopin ! Finit l'autoroute allemade voici, le
    2 voies 1/2 made in pologne: 2 voies plus 2 minis voie
    de bande d'arret d'urgence que les automobilistes ont
    vite fait d'occupper perpetuellement transformant la
    route en 3 voies, gare aux depassements simultanes
    des 2 cotes ! Sur le cote de la route, de nombreuses
    croix en memoire des accidentes de la route.


    RETROUVAILLE FAMILLE PATRIE
    (Excusez ce calembourg nazi)

    Je dois rappeler ici que je suis a moitie polonais,
    origine dont je ne me suis pas trop preoccupe ces 15
    dernieres annees alors que j'ai passe une bonne
    partie de mes etes d'enfance (tous les ans jusqu'a 11
    ans) a Poznan, grosse ville ouvriere du nord ouest de
    la Pologne...
    Je redecouvre donc les odeurs de l'immeuble familiale
    de la rue Roosevelt, mes cousines qui ont grandit
    elles aussi (et qui ont bien grandit !), la famille,
    les bouffes a bases de cabanos (saucisse sche fume) de
    chevreuil etc. Irenka, ma cousine avec qui j'ai passe
    beaucoup de temps a l'epoque me reproche de ne pas
    parler polonais, je lui replique betement qu'elle ne
    parle pas le francais, elle me rappelle que je suis
    polonais et qu'elle n'est pas francaise. Bref on
    communique en anglais.
    D'ailleurs dans nos cerveaux avec Eva, le programme
    "langues etrangeres de voyage" s'est remis en
    fonctionnement mais avec pas mal de bug, du coup on
    melange toutes les langues ou on connait 3 mots, on
    dit que c'est pas grave en arabe, on dit merci en
    turc, on est d accord en polonais et on s'etonne que
    personne ne nous comprenne!
    Bref Irenka organise une soiree en essayant de reunir
    tous les cousins cousines (on est 16) et on se
    retrouve dans une boite de nuit, apres s'etre fait
    refoule d'une premiere a cause de mon short et de mes
    baskets (quel bonheur de se faire refouler de ces
    endroits puants, mais pour le geste je devrais me
    plaindre a SOS racisme, lol). La discotheque nous
    rappelle les annes lycee avec Eva avec Samba di
    Janeiro, sweet dreams, offspring, YMCA... C'est clair
    que y'a pas que mes cousines qui ont change en
    Pologne.


    NOUS TRAVAILLONS ACTUELLEMENT POUR L'EUROPE, VOIRE
    POUR LE MONDE

    Quand j'etais gosse, en Pologne, les gens vendaient
    des nike au marche noire car les produits "de l'ouest"
    etaient prohibe. Aujourd'hui c'est les badges de
    lenine qu'on vend informellement. L'immeuble de ma
    famille etait gris sale, aujourd'hui il est blanc avec
    une pub "bosh" qui clignote au dessus. Le mur est
    tombe, la pologne a rejoint l'Union europenne et
    l'etat s'est privatise. Quand j'etais gamin mes
    cousins etaient tout content de pouvoir jouer sur ma
    game boy, aujourd'hui, il ont l'ADSL a la maison et
    surfent avec firefox ! On ne croise plus de "trabant"
    et tres peu de petite fiat comme a l"epoque dans les
    rues, mais des grosses voitures climatisees aux vitres
    teintes, bref tout est comme chez nous, dans le decor
    du moins. Mais la revolution capitalite a ete tres
    rapide et aujourd'hui ils vont encore plus loin que
    nous dans les privatisations. Sur un batiment
    historique qui fait office de centre culturel, est
    accroche un enorme etendard de la marque de biere de
    la ville LECH, ou il est precise que c'est cette
    entreprise qui finance les renovations de ce batiment
    public. De meme sur les terrasses de cafe les parasols
    d'une autre marque de biere precise que le brasseur
    finance l'entretien du musee archeologique. Ici la
    biere finance la culture, bourre toi la gueule, tu
    apprendra des choses ! De maniere plus generale, les
    hopitaux publics ont tres mauvaise reputation et des
    qu'on a un peu les moyens, on va dans les cliniques a
    l'americaine, et la police veille, surveille. Le
    reseau de video surveillance de Poznan est visiblement
    plus develloppe que celui de Lyon (c'est d'ailleurs
    les memes cameras que les petites dernieres installes
    a Guillotiere). Mais la police a ses relais ! la
    encore des organisations de police prive sont charge
    de rassurer les touristes, elles sillonnent le centre
    ville arme dans des voitures avec girophare ! Bref le
    capitalisme et tout ce qui va avec s'est installe a
    vitesse Grand V depassant meme le notre. Et le pays va
    mal! le salaire moyen est aux environs de 1000 francs,
    beucoup de gens dans la rue, nous on est reste dans le
    microcosme bourgeois de ma famille mais on sent que
    c'est pas la fete. Apres 5 ans de "democratie
    chretienne", les polonais ont remis des anciens
    communistes (convertis certes mais quand meme!) au
    pouvoir. Ca n'empeche que ceux ci ne font qu'appliquer
    les directives europennenes, de serrer les budgets
    pour avoir l'espoir de rentrer dans la zone euro...


    AH QUELLLES SONT JOLIES LES VILLES DE MON PAYS

    Et les filles aussi d'ailleurs ! En plus elles
    s'habillent court mais court comme chez nous il est
    rare d'en croiser ailleurs qu'au bois ou a perrache.
    On se demande avec eva a quoi c'est du. On avait deja
    remarque ca en Bulgarie, est ce que l'omnipresence de
    la religion chretienne y est pour quelque chose? La
    soumission a l'homme et donc a son desir? On repondra
    pas, ce voyage est court et ce carnet est deja truffe
    d'analyses rapides sans etudes serieuses.
    Mais les vielles villes, elles sont vraiment jolies,
    des facades d'immeubels colores aux eglises aux
    vitraux magnifique sur des places aux paves comme ici
    a Cracovie, c'est vraiment chouette. Par contre, on
    est un peu des "touristes du tourisme", on a pas de
    guide ecrit, on comprend rien au polonais donc on sait
    meme pas le nom des places et des eglises.... Pour ce
    qui est de la campagne, on a pu observer depuis le
    train qui nous a conduit de poznan a Cracovie que
    l'ouest etait oplat trres plat, alternant foret de
    pins et champs cultives...

    HORREURS
    Sinon aujourd'hui on a visite le musee d'Aushwitz, je
    ne commenterai pas cette visite, si ce n'est que le
    musee est vraiment bien fouttu, qu'il est evidament
    important de se souvenir de cette barbarie nazie pour
    eviter qu'elle recommence. Le probleme, c'est que de
    "grand monsieurs" tels Francois Mitterand, defendant
    ce meme discours n'ont pas hesite a "recommencer" en
    appuyant un autre genocide, celui du
    Rwanda. Donc on s'abstiendra de tenir un discours
    condescendant. Mais il est clair qu'on s'est sebntit
    mal, qu'on a eu la nausee, et quon a du mal a
    comprendre comment ona pu en arriver la.
    On notera quand meme la delicatesse des "groupes de
    touristes", qui pour se reconnaitre entre eux se
    collent des petites etiquettes jaunes ou vertes.


    ET LE STOP ALORS ?
    Ceux qui nous connaisent un peu se demande la raison
    de notre embourgeoisement dans le transport: voiture
    climatisee, train... bah oui mais la c'etait un peu
    les vacances on reprend le stop demain direction la
    slovaquie, le nord des carpates, prendre l'air un peu
    et rencontre les gens qui conduisent !!!!!
    N'hesitez pas a donner des nouvelles et puis votre
    avis sun une de nos hesitations: on evite Budapest ou
    pas ? notre voyage est cours, on ve en bosnie pui en
    croatir pour prendre un bateau en Itqlie et rentrer...
    On avait prevue de passer a Budapest, ville, qu'il
    faut absolument voir on ene est conscient, mais notre
    visite sera forcement bacle puisqu on ne pourrq rester
    que 1 journee et que surtout sortir des grosses villes
    sans les connaitre en stop est une grosse galere donc
    j'attends vos amis....

    Desoles pour les fautes, je vous laisse rajouter les
    accents absntts du clvier qwerty!

    biz a vous tous

    CHOP !

    livoSTOP

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique